Cédric Vieno


Robertville, N.-B.

J’ai écouté beaucoup de musique francophone, mais c’est pas la musique que je voulais faire. J’étais influencé beaucoup plus par la musique américaine. Je voulais faire sonner le français aussi bien que l’anglais, parce que l’anglais est une langue très chantante, avec des mots courts. C’est plus facile de faire une mélodie avec des mots courts qu’avec des mots à 3-4 syllabes comme en français. Mais je me suis dit que le français peut sonner aussi bien, et c’est ce que je m’acharne à faire. 

En 2014, il lance son deuxième album, Maquiller l’âne. Celui-ci lui permet de mettre la main sur les prix de l’album francophone de l’année et de la chanson de l’année aux Prix MNB Awards (Musique Nouveau-Brunswick) 2015. 

Cédric peaufine son prochain album dont la sortie est prévue pour septembre 2016. Décrivant lui-même son style comme étant « bluesy » avec une touche de folk, il effectue maintenant une transition vers un son qu’il qualifie comme étant plus rock, plus caractéristique de l’univers des groupes de musique que de celui de l’auteur-compositeur duquel il essaie, tranquillement, de se détacher.

Robertville Toronto 1,345 km km 1,535 Moncton 450 km 2,262 km St-Claude km 2,079 Winnipeg 1,614 km Meteghan 3,476 km Edmonton

L’amour, route sinueuse

Pascal Raiche-Nogue

Cédric Vieno est musicien, mais ses textes riches et bien ficelés pourraient aussi bien faire de lui un poète.

Chacune de ses chansons est une fenêtre sur ce qui se trame dans son cœur et dans sa tête.

À grands coups d’images, de jeux de mots et d’histoires tirées de son vécu, il nous chante sa solitude et ses doutes, tout en nous montrant une étonnante sensibilité à se glisser dans la peau des autres.

Il parle pas mal d’amour. D’amour perdu, d’amour qu’il n’a effleuré que du bout des doigts, d’amour qui est parti sans crier gare. On a affaire ici à un grand romantique qui n’a pas peur de s’afficher comme tel. 

Cette fragilité est une force. Cédric le comprend, et il n’hésite pas à s’en revêtir sur scène sans pour autant basculer dans la surenchère.

Sa voix porte cette vulnérabilité. Elle est imparfaite, fissurée. À une époque saturée de voix synthétisées, trop polies, nous voilà devant un humain qui chante. 

Comme Bob Dylan le fait si bien depuis des décennies, Cédric Vieno se donne de la latitude. Il n’arrive pas toujours pile-poil sur la note. Volontaire ou pas? On s’en fout un peu, honnêtement. 

Son jeu de guitare se déploie dans cette même veine, pleine de joyeuses imperfections. Par-ci on entend un doigt accrocher une corde, par-là l’ampli tricher. 

Originaire du nord-est du Nouveau-Brunswick, mais partageant son temps entre sa province natale et le Québec depuis 2015, Cédric Vieno est toujours un peu en exil. 

Même s’il ne jette jamais l’ancre très longtemps et que la route est son amie, il garde ses repères au Nouveau-Brunswick. Ses textes sont saupoudrés çà et là de noms de lieux connus des gens de sa province natale et de tournures de phrase propres à son coin de pays.

Ses deux premiers albums, NorthShore Love Stories et Maquiller l’âne, étaient des expériences intimistes, introspectives. Il invitait l’auditeur à s’asseoir à deux pas de lui, à se laisser charmer par ses histoires et ses mélodies légères et entraînantes.

Son troisième album, Autopsie d’un peureux, prévu fin 2016, annonce un changement de cap. 

Dans les quelques pièces et les bouts de chansons enregistrés au moment d’écrire ces lignes, à l’été 2016, on retrouve un environnement sonore plus musclé, plus brut. 

Certains riffs de guitare sont plus agressifs qu’avant. Ça déplace de l’air. 

Certaines pièces brassent comme on l’a rarement vu chez Cédric Vieno. Son folk aux accents blues a pris de la gueule, s’est encrassé. À moins qu’il braque le gouvernail, on le verra sous un jour différent. 

C’est un côté qu’il gagne à explorer. Sans s’aventurer trop loin, il parvient tout de même à s’éloigner de sa zone de confort. Et ça lui va comme un gant.

On reconnaît toujours, en filigrane, le monde feutré et langoureux de ses débuts. Mais cette fois, le chrome du capot semble s’être effrité – pour le mieux – en cédant sa place à un peu de rouille.

La griffe du réalisateur Pascal Lejeune, qui a aussi réalisé le deuxième album de Cédric, est toujours aussi omniprésente. Une fois de plus, il a réussi à bien l’entourer et à enrober ses mélodies d’accompagnements bien dosés.

On voit de plus en plus pourquoi des artistes acadiens tels que Pierre Guitard et Les Hôtesses d’Hilaire font appel à ses services. Il sait les épauler et trouver la bonne recette pour mettre en valeur leur musique. 

Une chanson à la fois, un album à la fois, Cédric Vieno taille tranquillement sa place. Il le fait à son propre rythme, soutenu, sans trop se presser.

Si l’on se fie aux premières bribes de la pièce « Autopsie d’un peureux », cet album devrait lui permettre de continuer à cimenter sa place parmi les valeurs sûres de la musique acadienne émergente.

Pascal Raiche-Noguewww.acadienouvelle.com

Chef de bureau aux affaires publiques de l’Acadie Nouvelle.

Suivez L'artiste

Balade panoramique avec Cédric Vieno


Soyez aux premières loges pour voir et entendre Cédric Vieno reprendre la chanson thème de Balade à Toronto et suivez-le lors de sa visite en ville. Regardez la vidéo sur votre téléphone et tournez (littéralement!) pour visionner le tout en profitant de l’effet à 360 degrés, ou utilisez simplement votre souris pour naviguer dans l’espace. Vous ne pourrez pas visionner le tout sur votre téléphone sans passer par l’application Facebook. Veuillez aussi noter que les fureteurs Safari et Explorer ne soutiennent pas la vidéo 360. Cliquez ici pour y accéder.

Entrevue


Cédric nous parle des différents chapeaux qu’il doit porter pour pouvoir vivre de son art, de sa relocalisation temporaire à Montréal qu’il voit comme un défi personnel et de son éventuel retour au Nouveau-Brunswick.

Musique

Découvrez les autres artistes

Ariane Mahrÿke LemireEdmonton, Alb.
PonteixSaint-Denis, Sask.
Caroline SavoieDieppe, N.-B.
McleanSudbury, Ont.
KasperzickWinnipeg, Man.
Ingrid et SamuelVancouver, C.-B.
CyBaie Sainte-Marie, N.-É.
Mélanie BruléeCornwall, Ont.
Anique GrangerSaskatoon, Sask.