Chloé Lacasse


Montréal, Qc

Après le lancement de trois mini-albums, elle remporte les Francouvertes en 2011 et lance un premier album sous l’étiquette VEGA musique, réalisé en collaboration avec l’auteur-compositeur-interprète Antoine Gratton. Ce dernier participe aussi à la réalisation de son second album, Lunes, paru en 2014.

Chloé parvient de nouveau à jumeler ses passions pour la musique et le théâtre dans le cadre du spectacle « Les Vies possibles », où elle présente les pièces de ses deux albums dans un univers théâtral. Cette même année, la Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec lui remet le prix Dédé Fortin pour son travail d’auteure-compositrice-interprète.

Parallèlement à sa carrière solo, Chloé s’est récemment associée à son compatriote Vincent Carré et à la Franco-Manitobaine Genevière Toupin pour former le groupe Chances, qui crée une musique pop et électronique aux accents à la fois internationaux et amérindiens. En attendant la sortie de son premier mini-album, le trio a lancé sa première pièce « Shine » à l’hiver 2017.

Montréal Toronto 542 km km 1,535 Moncton 450 km 2,262 km St-Claude km 2,079 Winnipeg 1,614 km Meteghan 3,476 km Edmonton

Photoreportage

Retour aux sources


On rencontre Chloé Lacasse au parc Laurier du Plateau-Mont-Royal, au cœur de Montréal, où elle a habité pendant dix ans. Elle nous amène au bar Le Verre Bouteille, lieu de rencontre de plusieurs musiciens où elle a d’ailleurs souvent rodé son matériel, avant de faire un saut dans son studio d’enregistrement. On termine notre balade en banlieue, dans sa maison familiale de Longueuil que son copain et elle ont fièrement repris en main.

Pop affranchie

Jean-Étienne Sheehy

Depuis dix ans, la Montréalaise Chloé Lacasse mélange les genres afin de définir son propre terrain de jeu.

Parmi l’offre pop francophone, Lunes, le deuxième album de Chloé Lacasse, est une perle qui mérite une écoute attentive afin d’en saisir chacun des arrangements riches en textures. Cet effort supplémentaire est nécessaire, car malgré le caractère organique de la démarche, l’album finit par se faire un brin trop prévisible pour envelopper pleinement l’écoute.

Toutefois, on plane avec l’auteure-compositrice dès les premiers synthétiseurs vaporeux du disque, tout juste avant la première ligne mélodique de « Rien pour moi ». Cela n’enlève rien au caractère pop de la démarche de Lacasse, qui multiplie les hameçons avec doigté au long des douze chansons. Ici, les refrains restent en tête longtemps une fois le compact terminé, tandis que la présence de Lacasse se fait lumineuse.

À vrai dire, Lunes offre plusieurs bijoux chansonniers qui possèdent chacun leurs points d’orgue, que ce soit dans le caractère britannique de « À pas lents » ou le croisement entre Lunes et l’album homonyme sur « Un oiseau dans la vitre ». La magnifique « Le générique » s’éloigne de l’instrumentation pop traditionnelle pour céder sa place au piano et aux grands espaces, dans le cadre d’un grandiose pont.

Plutôt que de s’épuiser en mi-compact, Lunes dévoile de nouveaux secrets. Après ses débuts en sobriété, « Encore une fois » offre une somptueuse orchestration au piano. Dans cet univers glauque, Lacasse y va même de rares instants d’urgence avec « Douce incertitude ». Le titre de cette chanson condense l’esprit du disque, car Lacasse a beau bercer l’auditeur, elle assume pleinement sa démarche.

La conclusion offerte sur « Furnace Creek » boucle la boucle amorcée sur Lunes. Quelque part en flottant dans les airs, Lacasse « tourne la clé » pour que le moteur s’arrête à la nuit tombée.

L’univers de Lunes se recrée avec aisance en spectacle, en demeurant intime, sans perdre en caractère. Au-delà du haut niveau de musicalité qu’elle amène avec ses musiciens, Lacasse met de l’avant son sens du détail et les qualités de ses chansons. Cela rappelle la versatilité de l’auteure-compositrice-interprète, particulièrement avec le recul des trois ans passés entre les deux disques.

À un autre extrême, son disque homonyme paru en 2011 flirte avec la pop électro, où les basses synthétisées lourdes s’appuient à son superbe sens de la mélodie. Malgré cette urgence et son caractère glauque, ce disque enchaîne les hameçons pour laisser transparaître un caractère festif. Cette prise de risques est récompensée. À preuve, « Les yeux d’un fou » allie le plaisir fédérateur au chaos électronique.

Comme fil conducteur entre ces deux pôles, Lacasse utilise son amour des grands espaces (« Les insatiables »), sa voix et ses textes. Même entre les chœurs et les synthétiseurs de « Tout va bien », le piano solitaire du refrain évoque Lunes. Le recul de « Café », pièce livrée en guise de conclusion, rapproche d’ailleurs la dualité discographique de celle-ci.

Avec deux albums en poche, il sera intéressant de suivre l’arrivée d’un troisième disque. L’évolution fut naturelle, même si elle détonne, pour le mieux. Le défi sera de réconcilier l’efficacité pop de son disque homonyme avec la douce mélancolie de Lunes, afin de débarquer avec un produit pleinement authentique. L’occasion est idéale, car Lacasse écrit des chansons qui se démarquent par leur caractère humain. Pour boucler la boucle, il faut tourner notre attention du côté de « Renverser la vapeur », tirée de Lunes, avec son vidéoclip hivernal où l’on laisse derrière « ce qui nous rend fous », comme ces voix dans nos têtes et le cynisme. Cette dose de naïveté se prend bien.

En attendant, Chloé Lacasse entreprenait en 2017 un virage électro-pop en anglais, en compagnie de Geneviève Toupin et de Vincent Carré, sous le nom Chances, s’éloignant de son offre précédente. Il ne reste plus qu’à savoir quel impact aura le trio dans la démarche créatrice de Lacasse en français.

Jean-Étienne Sheehyjesheehy.com/

Gars de journalisme, radio, télévision, internet et, avant tout, musique!

Entrevue


Chloé Lacasse nous parle de son évolution musicale et de sa fierté pour son deuxième album, et elle nous explique le défi de passer à l’étape suivante pour développer son projet.

Musique

  • Renverser la vapeur
  • Rien pour moi
  • Furnace Creek

Découvrez les autres artistes

Kelly BadoWinnipeg, Man.
Mehdi CayenneOutaouais, Qc
Alexis NormandSaskatoon, Sask.
Post ScriptEdmonton, Alb.
Blue HibouWhitehorse, Yn
Bette & WalletCap-Breton, N.-É.
Aude RayWhistler, C.-B.
Ten Strings and a Goat SkinCharlottetown, Î.-P.-É.